Stage comédien : Clown Blanc


L’ADEC 56 est une association départementale, issue de la structuration bretonne du théâtre d’amateurs, fortement représenté dans la région.
Elle vous accompagne dans votre pratique du théâtre et répond à votre désir d’exigence artistique dans le cadre de formations avec des artistes professionnels ou avec des animateurs.

Depuis son origine, les missions que se donne l’ADEC intègrent le rapport avec les professionnels et la création. Il s’agit à chaque fois, d’imaginer des formes de rencontres et « d’expériences sensibles » entre amateurs et professionnels. La volonté est de permettre la rencontre avec l’artiste en création pour partager ses recherches sur le plateau. Il ne s’agit donc pas d’un enseignement mais d’une expérience humaine et artistique.

Ces parcours sont organisés avec le soutien de la DRAC Bretagne, de la DDCS, de la Région Bretagne et du Conseil Départemental du Morbihan

_ .
.

en compagnie de Jean Lambert-Wild
_ .
.

JPEG - 118.3 ko
_ .
.

Public : Ce stage s’adresse à tous les comédiens qui souhaitent explorer l’univers du clown blanc.
_ .
.

Alternant exercices, visionnage d’archives, explorations du geste et du poème, expérience du maquillage, ces quatre jours de stages en compagnie de Jean Lambert-Wild formeront un voyage à la recherche de son clown blanc.

Note d’intention : JPEG - 55.5 ko
J’aimerais vous proposer un parcours de quelques jours pour étudier les grammaires invisibles qui structurent la composition d’un geste clownesque, et cela d’autant plus si celui-ci à la volonté de retrouver l’éclat du jongleur, l’entrain du ménestrel d’une chanson de Geste.
Etre un Clown blanc, s’est dépasser son caractère en réaprenant sans cesse les petits gestes amassés par la fortune d’une rencontre ou par l’observation amoureuse de son environement. C’est avoir la prétention de tout et de rien. C’est avoir l’ambition de mourir de faim en avalant des étoiles. C’est surtout avoir le grand dessein de disparaître avec l’utile feinte d’un rire. C’est comprendre le dire secret qui fait d’un mot un escalier dérobé ou d’une phrase une assemblée curieuse de sorcières, de galants, de vieux fous, de bourgeois bedonnants, de philosophes inquiets, d’ânes bâtés, d’enfants étourdis, de paysans érudits, de juges, de menteurs, d’oisifs, de marmousets, de parturientes déformées de douleur. Car parler ne doit jamais devenir une habitude . Il faut chercher en nous les voix qui feront aveu de l’igue insondable où s’amassent les eaux de la vie. Ces voix sont des cavités qui relient des niveaux de conscience que notre condition physique journalière ne nous permet pas d’entendre. Elles sont les résonances des mondes lointains et oubliés. Elles sont l’évidence d’un cri transmis de l’un à l’autre sans souci du temps et sans crainte des frontières. Elles sont le frottement de deux peaux amoureuses un soir à l’été quand le ciel suant peine à s’endormir. JPEG - 29.5 ko
Je vous propose donc une rencontre où nous ferons l’exercice de cette grammaire. Pour cela, nous ferons appel à toutes les joies de l’art oratoire, à tous les raffinements du gestes, à toutes les surprises de nos émotions et nous jugerons de l’union de tout cela comme la plus sérieuse de nos actions.
Chaque participant et chaque participante devra venir à cette semaine de stage avec en mémoire un poème de son choix lui permettant de tenir une scène de trois minutes. Leurs aptitudes musicales seront appréciés et il est recommandé de venir avec son instrument si l’on sait en jouer.
Nos exercices pour apprendre l’art du geste seront entrecoupés du visionnage d’archives clownesques, d’exercices d’entrée clownesques, de l’élégance enfantine des grimaces, de la précision diabolique des pantomimes, de la recherche de sa signature. La signature est ce trait de maquillage qui « cicatrice » le visage d’un clown blanc. C’est l’acte magique et volontaire qui incarne toute la contradiction des émotions qu’il voudra représenter sur scène.

Jean Lambert-wild
PHOTOS : Copyrights Tristan Jeanne-Valès.

_ .
.

PRATIQUE
PNG - 13.2 ko jeudi 11, vendredi 12, samedi 13 et dimanche 14 novembre 2021
jeu - dim : 10h00-17h00
Théâtre de La Rochette – Josselin.
110 € + 20€ d’adhésion
12 places
Renseignements : inscription@adec56.org / 02-97-73-96-15
Inscriptions en ligne
retrouvez le règlement des inscriptions et de paiement
Comment l’ADEC 56 vous accueille-t-elle en cette période ?

_ .
.
JPEG - 41.8 ko
Jean Lambert-Wild : Jean Lambert-wild est un homme de théâtre né le 22 septembre 1972 à l’île de La Réunion, de 2015 à 2021, il a dirigé le Théâtre de l’Union - Centre Dramatique National du Limousin et L’Académie de l’Union, École Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin. Son père, éleveur, sera à l’origine de la création, en 1979 de la Sica Révia, coopérative agricole qui regroupe en 2012, 323 éleveurs de bœufs à La Réunion. Enfant, il vivra l’aventure de la création de cette coopérative comme une épopée initiatrice dont la mythologie reste présente dans nombre de ses écrits. Il ne rêve alors que "de mer, Conrad, et piraterie". Après plusieurs tentatives rocambolesques de quitter son île sans attendre sa majorité, il finit par rejoindre la métropole en 1990. Il débarque donc à Lyon et débute alors des études de philosophie qui le conduiront jusqu’en Licence à l’Université de Lyon III, où son professeur de latin André Arcellaschi l’encourage à monter des pièces de Plaute, Sénèque ou Gombrowicz. Alors qu’il s’apprêtait à passer le concours d’entrée de l’école de Marine Marchande, il assiste à une représentation des Trois sœurs de Tchekhov mise en scène par le metteur en scène allemand Matthias Langhoff, et réalise que le théâtre est le véritable espace de liberté qu’il recherchait.