Stage metteurs en scène : Parcours Molière


_ .
.

en compagnie de Valéry Forestier
_ .
.

JPEG - 21 ko

_ .
.

Public : Ce stage s’adresse à tous les metteurs en scène, animateurs d’ateliers et à tous ceux qui s’intéressent à la mise en scène.
_ .
.

Au gré de trois week-end, le stage proposera aux participants un parcours pour explorer, interroger, imaginer la mise en scène de spectacles de théâtre.

Note d’intention :
Où commence-t-on à mettre en scène ? Dans les brèches, les failles, les décalages, ce qui n’est pas la réalité... Dans cet équilibre entre dire et laisser faire, entre créer une forme et la laisser suivre son propre cours, comme on nourrit un animal ou fait pousser un arbre.
La statue existe au cœur de la pierre bien avant que le sculpteur la mette à nu.

Ce stage propose de s’intéresser au point de vue de la mise en scène. Qu’est-ce qu’on maîtrise ? Qu’est-ce qui se fait sans nous ? Quels sont les chemins à disposition dans notre exploration ? Qu’a-t-on à raconter ?

Trois week-end, qui peuvent être envisagés comme un parcours :

En premier lieu une analyse chorale, menée par Jean-Pierre Loriol, de la représentation de notre création l’Avare, dont la première aura lieu à Grain de Sel le 20 janvier 2022. [ En prenant appui sur la représentation, ce premier week-end abordera concrètement la question de la dramaturgie et de l’articulation entre « textes classiques » et « représentations contemporaines ». Pour en savoir plus]

Un deuxième week-end, organisé autour d’expérimentations surprises permettant de se projeter intuitivement, de manière immédiate et ludique au cœur de la mise en scène. Il s’agira pour nous lors de ce week-end de faire naître des petits moments de théâtre et de nous intéresser à la fois au fond et à la forme. De repérer les éléments clés à souligner pour saisir et établir une dramaturgie, d’élaborer les rapports à l’espace, à la narration, au jeu, à la présence des spectacteurs-trices, à la forme elle-même, pour savoir comment dire ce que nous voulons dire.

Le troisième week-end s’organisera autour d’une lecture intelligente d’une pièce de Molière dont le choix reste à définir.
Il s’agit de parcourir un texte dans une lecture minutieuse et détaillée, de confronter nos questionnements les plus naïfs, de soulever CE qui se raconte et qu’on ne connaît pas encore, pour trouver ce que ÇA nous raconte. Nous pourrons alors établir des aller-retours avec le plateau pour confronter nos imaginaires à la réalité et trouver ce qui n’a jamais été raconté…
_ .
.

PRATIQUE
PNG - 13.2 ko Samedi 8 janvier 2022, Jeudi 20 janvier 2022, Samedi 22 janvier 2022, Samedi 19 février 2022, dimanche 20 février 2022, Samedi 26 février 2022 et dimanche 27 février 2022
sa : 14h00-20h00, di : 10h00-17h00. Jeudi 20 : 20h00-23h00 (spectacle)
Théâtre de La Rochette – Josselin.
En partenariat avec Grain de Sel - Séné
150 €
15 places
Renseignements : inscription@adec56.org / 02-97-73-96-15
Inscriptions en ligne
retrouvez le règlement des inscriptions et de paiement
Inscrit dans le projet d’année "j’invite Molière" impulsé par l’Union Régionale de la FNCTA.
Retrouvez d’autres rendez-vous en compagnie de Valéry Forestier à l’ADEC- MTA (Rennes).

_ .
.
JPEG - 78.3 ko
Valéry Forestier : Formé dans les ateliers du Grenier de Bourgogne sous la direction de Jean Maisonnave et Patrick Grégoire, il intègre la compagnie le Rocher des Doms dirigée par Sylvain Marmorat en tant que membre permanent et coopère à son travail de décentralisation en tant que comédien, metteur en scène et formateur.
En son sein il rencontre Jacques Fornier, fondateur du Centre Dramatique National de Dijon, et y aborde aussi bien la tragédie que les textes contemporains (La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, La chasse aux rats de Peter Türrini, Phèdre de Racine, La bataille de Waterloo de Louis Calaferte...). En Bourgogne, il travaille également avec le metteur en scène Christian Duchange et la compagnie l’Artifice.
En 2009, il fonde en Bretagne Le Puits qui parle (qui devient en 2020 Le Commun des Mortels), avec des camarades animés du même désir que lui d’un théâtre intime offert à tous. Le premier spectacle est Ubu Roi, petite forme populaire et citoyenne, jouée à ce jour plus de 500 fois aussi bien chez l’habitant qu’à l’Institut français d’Istanbul.
Le projet artistique de la compagnie trouve sa suite en 2010 et 2011 dans le diptyque Sans Patrie, petite forme documentaire citoyenne sur les travailleurs clandestins et Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, puis dans un autre diptyque : Et la lumière fuit œuvre collective et La Partie continue de Jean-Michel Baudoin..
Il met en scène Hot House d’Harold Pinter au Lucernaire au sein du Collectif AA.
En parallèle, il poursuit son travail de comédien et metteur en scène avec d’autres compagnies. En 2012, il joue le rôle de Jean Moulin dans Premier Combat, journal intime de Jean Moulin, en tournée avec la Compagnie Archipel. En 2018, il met en scène et interprète Oliver dans Oliver et la Fille Oubliette aux côtés de Françoiz Breut, spectacle créé au Théâtre Anne de Bretagne aux Emancipéés de Vannes, direction Arnaud Catherine.
Il accompagne également des musiciens dans leur projet, en tant que coach et metteur en scène, comme le guitariste Misja Fitzgerald Michel, nommé aux Victoires du Jazz 2012 pour son album Time of no reply et la compositrice Veronica Charnley du groupe Plumes.
Depuis 2017 il intervient en tant que formateur à l’Aria Corse.
En 2020 il rejoint les Tréteaux de France aux côtés de Xavier Gallais pour la création d’Oblomov mis en scène par Robin Renucci – création Théâtre Dijon Bourgogne - Centre Dramatique National.